Prendre le temps d'aller vite - Christian Regouby

Prendre le temps d'aller vite

Christian Regouby

1 janvier 2014

L'actualité déferle et inonde notre quotidien en vagues successives. Elle nous touche à travers la médiasphère dont chacun d'entre nous est devenu un transmetteur voire un initiateur : téléphones portables, blogs,sms,chaînes d'information continue, radios, journaux télévisés, presse écrite, réseaux sociaux, agrégateurs,wikis..., Une information apparaît et peut vite devenir en quelques heures "l'objet du scandale", choquer, émouvoir, indigner, susciter de nombreux commentaires, voire de violents débats, avant de s'effacer aussi brutalement qu'elle est venue. Que sont ces informations devenues ? Quelles ont été les suites de ces actualités au delà de leur fonction "émotionnante" de l'instant ? Nul ne le sait vraiment. Nul ne s'en soucie guère. Il nous suffit d'avoir été rassasiés du spectacle de leur explosion en images et déchirements.

Les détails subséquents n'intéressent guère aujourd'hui les esprits formatés par le temps technologique, temps réel d'un présent perpétuel. Tout s'écrase sous la dictature de l'instant qui n'autorise aucune mise en perspective qu'elle soit du passé ou de l'avenir. Ainsi nos représentations du réel se dessinent inconsciemment à la source de cette temporalité médiatique et technologique de l'information.

La dictature de l'instant n'est que l'écume d'un présent dont nous sommes absents.

Les situations de crise sont directement impactées par ce contexte dans la mesure où elles imposent des réactions et des décisions à la fois rapides et pertinentes. Nourris par une facilité d'accès en temps réel à la quasi totalité des données disponibles sur n'importe quel sujet, nos cerveaux humains, saturés d'informations, ont de plus en plus tendance à se laisser formater par les impératifs de ce temps technologique.

L'injonction décisionnelle en situation de crise est soumise à une pression temporelle et émotionnelle de plus en plus forte. La responsabilité, la compétence et l'efficacité des décideurs résident alors dans leur capacité à replacer l'évènement qui survient dans un diagnostic global et une perspective humaine. Cela nécessite un apprentissage de réflexion, de régulation et de comportement face à l'imprévu. Cela demande un déconditionnement de la temporalité technologique et un recul critique qui impose de prendre son temps pour aller vite. Cela ne s'improvise pas.

On vous recommande aussi